À l’heure où le désir sexuel au féminin n’est plus un tabou, son plaisir est au centre des préoccupations. Les zones érogènes sont variées, mais l’absence d’orgasme vaginal peut être un réel frein pour une vie sexuelle agréable. Les techniques développées aujourd’hui par la chirurgie esthétique permettent de résoudre différents troubles d’ordre sexuel, par une simple intervention : l’augmentation du point G.

À découvrir :

Le point G, qu’est-ce que c’est ?

Longtemps considéré comme un mythe, le point G est situé sur la paroi antérieure du vagin, à environ 3 cm de l’entrée vaginale. Découvert par le gynécologue Ernest Gräfenberg en 1950, le point G est un tissu de forme bombée, mesurant moins de 1 cm de diamètre. Ce tissu érectile peut rétrécir et entraîner une perte de libido et de plaisir, suite à la baisse dans le temps des hormones féminines.

Pourquoi augmenter son point G ?

Les orgasmes féminins se distinguent de deux manières :

  • l’orgasme clitoridien, qui est obtenu par la stimulation du clitoris.
  • l’orgasme vaginal, qui est obtenu en stimulant le point G ; il est plus difficile à atteindre, mais est plus intense que le premier.

Augmenter le point G est une solution envisagée pour les femmes présentant un trouble de l’excitation ou du plaisir vaginal. Une atrophie du point G peut être à l’origine des difficultés pour la femme à atteindre l’orgasme par la pénétration. L’amplification de cette zone érogène est parfois une demande d’une patiente ayant simplement le souhait d’augmenter l’intensité de ses orgasmes vaginaux, sans trouble apparent.

L’amplification de cette zone offre donc la possibilité d’accéder à cet orgasme recherché en retrouvant la sensibilité désirée du point G.

Augmenter le point G grâce à l’acide hyaluronique

La médecine esthétique est en mesure aujourd’hui de proposer l’augmentation du point G, pour permettre aux femmes de retrouver davantage de sensations lors des rapports.

Cette augmentation se fait grâce à une injection d’acide hyaluronique (AH). Cette molécule, naturellement présente dans notre corps, est fabriquée à raison de cinq grammes par jour par notre organisme afin de renouveler les tissus.

Avant l’intervention, la patiente consulte notre chirurgien esthétique qui évalue ses désirs, mais aussi les possibles contre-indications telles qu’une sensibilité à l’acide hyaluronique, une pathologie, ou encore une grossesse. Le chirurgien se charge également d’informer la patiente à propos du traitement, et de l’accompagner dans sa décision.

L’injection d’acide hyaluronique pour l’augmentation du point G se déroule au sein de la Clinique, par le chirurgien. Ce geste est indolore et ne nécessite donc pas obligatoirement d’anesthésie : toutefois, une crème ou une pommade anesthésiante peut être prescrite, et doit être appliquée 30 minutes à 1 heure avant le rendez-vous. Une séance d’injection est rapide, de l’ordre de 5 à 10 minutes. Le point G repéré au préalable à l’aide d’un spéculum transparent et d’une palpation, le chirurgien peut procéder à l’injection à l’aide d’une fine aiguille. Le produit de comblement a pour principe d’augmenter le relief de la région traitée, à savoir le point G. Un léger saignement est parfois constaté suite à la séance.

Les suites de l’acte

Cette courte séance indolore permet à la patiente de retourner immédiatement à ses occupations sans contre-indication. Elle peut ressentir quelques picotements les heures qui suivent. L’amplification du point G est instantanée, mais les rapports sexuels sont à éviter pour les 24 heures après l’intervention.

L’efficacité de cet acte est d’une durée approximative de 6 à 8 mois. Il reste important de noter que l’accomplissement de l’orgasme féminin dépend également de son état psychologique, et pas seulement de troubles d’ordre physiques.