Le lipofilling mammaire est un procédé qui consiste à transférer de la graisse prélevée sur la patiente, afin d’augmenter de manière naturelle le volume des seins. Il ne présente aucun des inconvénients de la chirurgie mammaire classique, il est donc particulièrement indiqué en chirurgie réparatrice.

Qu’est-ce que le lipofilling mammaire ?

La zone du visage a été la première à être traitée par cette technique de transfert de tissu adipeux. C’est la lipostructure, pratiquée depuis une quinzaine d’années.

Le lipofilling, ou lipomodelage mammaire, est l’application, plus récente, de cette technique sur la zone du buste. Elle permet un gain modéré, de l’ordre d’une à deux tailles de bonnets.

L’augmentation se fait sans aucun corps étranger ni prothèses, uniquement par l’injection de ce produit de comblement bio qu’est votre graisse naturelle. Il s’agit d’une greffe de vos propres cellules et il n’y a donc pas de risques de rejet ni de dégradation par l’organisme.

Une fois que la graisse est stabilisée le résultat est définitif à poids stable.

À qui s’adresse-t-il ?

Le lipofilling mammaire est très souvent indiqué dans le cadre d’une chirurgie reconstructrice partielle ou totale des seins. Il est également destiné aux femmes qui souhaitent bénéficier d’une augmentation discrète de leur poitrine ou corriger un défaut, telle une asymétrie.

Il permet le remodelage du buste souvent malmené par la grossesse, l’allaitement ou après un amaigrissement important. Il améliore l’aspect de la peau et n’a pas l’inconvénient d’être artificiel au toucher.

Comme toute intervention, il répond à des indications particulières. Un questionnaire est donc fait par le médecin qui peut décider de procéder à des examens supplémentaires à des fins de dépistage.

Le volume de graisse doit être suffisant pour le prélèvement, aussi, il ne s’adresse pas aux femmes très minces. De même, l’intervention peut être différée si vous envisagez de faire un régime amaigrissant.

Comment se passe l’intervention ?

L’intervention, réalisée par votre chirurgien sous anesthésie générale, dure de 1 à 4 heures selon le cas. Cette durée est fonction du nombre de sites à prélever et du volume de graisse à transférer.

Elle se déroule en trois phases :

  • Le prélèvement du tissu adipeux, à l’aide de petites canules. Il se fait en général là où la graisse est en excès : le ventre, les cuisses, les hanches, les fesses ou bien encore la face interne des genoux : c’est la lipoaspiration
  • La graisse est ensuite lavée et filtrée afin de ne conserver qu’une concentration de cellules pures : c’est la centrifugation
  • La dernière étape est l’injection de la graisse dans les seins, à différents endroits et différentes profondeurs. Ceci afin qu’elle soit totalement intégrée et vascularisée par la zone qui la reçoit.

Les suites opératoires

La durée d’hospitalisation est courte puisque la patiente quitte en principe l’établissement sous 24 heures.

Les zones de prélèvement sont sujettes à des douleurs modérées dans les heures suivant l’intervention. Les œdèmes et les hématomes inhérents à la liposuccion disparaîtront en une quinzaine de jours.

La sensibilité est moindre au niveau des seins. Ils peuvent néanmoins être un peu durs et gonflés.

Il faut environ un mois pour voir un bénéfice sur le galbe et le volume de la poitrine et de 3 à 6 mois pour apprécier le résultat définitif. Il est généralement satisfaisant, mais il se peut qu’une deuxième opération soit décidée pour effectuer quelques retouches, car à peu près 30 % du tissu injecté est éliminé.

Cet acte présente un avantage supplémentaire : les zones prélevées se trouvent affinées.

Votre chirurgien vous donnera tous les détails sur les différentes étapes de cette intervention qui est le moyen idéal pour un résultat définitif à poids stable, naturel et sans cicatrices.