La ptose mammaire se définit comme un affaissement du sein. La ptose mammaire donne un aspect tombant au sein qui semble vide et laisse apparaître un effet de creusement du décolleté.

La ptose mammaire peut parfois être génétique et survenir dès l’adolescence. Mais elle se présente dans la plupart des cas après une perte de poids importante ou après une ou plusieurs grossesses. Un allaitement prolongé pourra encore accentuer le phénomène.

La ptose mammaire, source de complexes pour certaines femmes, n’est pas forcément une fatalité et trouve des solutions dans la chirurgie plastique.

 

 

La correction de la ptose mammaire

 

La correction de la ptose mammaire est aussi appelée mastopexie ou plastie mammaire. Elle consiste à remodeler la glande mammaire (l’intérieur du sein) en la reconcentrant de façon ascensionnelle et en supprimant l’excédent de peau qui l’entoure.

Le sein est rehaussé dans sa globalité, l’aréole et le mamelon sont alors repositionnés. Lors de cette étape il peut être nécessaire de séparer la partie aréolo-mamelonnaire de la glande mammaire.

Outre la cicatrisation des tissus internes, il faut aussi prendre en compte la cicatrisation extérieure. Les cicatrices en forme de T à l’envers pourront faire l’objet de soins post-opératoires spécifiques dans le but de les rendre les plus discrètes possible. 18 mois après l’opération elles peuvent s’effacer et retrouver la couleur de la peau.

La Clinique Esthétique Aquitaine met à votre disposition son laser Urgo Touch pour diminuer l’apparence de vos cicatrices.

L’opération d’une durée de 2 à 3 heures nécessite un séjour en clinique de 24 heures. Un repos sera prescrit consécutivement à l’opération pour une durée de 5 à 10 jours.

La plastie mammaire permet alors de retrouver des seins fermes. Ils reprennent un galbe harmonieux.

 

 

La ptose mammaire et la future grossesse

 

Être enceinte modifie grandement les seins d’une femme, aussi il vaudra mieux réaliser l’opération après la ou les grossesses envisagées. Être enceinte après la réalisation d’une plastie mammaire peut en annuler les effets.

Envisager de tomber enceinte postérieurement à une correction chirurgicale d’une ptose mammaire est toutefois possible. Elle ne peut en revanche pas être envisagée avant un délai de 6 mois sans compromettre la santé et le rétablissement de la patiente. C’est un délai minimum pour assurer une bonne cicatrisation et la stabilisation des tissus internes touchés.

La gestation ayant un effet direct sur la poitrine, il sera également conseillé de surveiller de près la prise de poids afin de ne pas distendre à nouveau la peau et pérenniser les résultats de l’opération.

 

La ptose et l’alimentation maternelle

 

Après une opération de correction d’une ptose l’allaitement est possible mais n’est pas garanti.

La correction d’une ptose légère n’altèrera pas la possibilité d’une lactation de qualité. En revanche, lors d’une opération plus lourde, soit pour une ptose importante, soit associant ptose et réduction mammaire, la possibilité de donner le sein peut être sérieusement compromise. L’opération qui sépare le mamelon du sein coupe les terminaisons nerveuses ainsi que les canaux lactifères.

Ainsi l’importance de la ptose conditionnera la possibilité d’une future alimentation maternelle. Les possibilités de sécrétion de lait maternel seront davantage favorisées par une opération sans séparation du mamelon et dont la quantité de tissus glandulaires enlevée sera moindre.

L’OMS définit le lait maternel comme l’aliment parfait pour le nouveau-né et recommande de donner le sein jusqu’à l’âge de six mois puis de continuer et compléter par une autre alimentation de l’âge de six mois à deux ans ou plus.